13 kg de moins

Je me souviens exactement du moment où j’ai appris que je souffrais de la maladie de Crohn. C’était en avril 1994 et les mois précédents avaient été un enfer. Tant sur le plan privé qu’au niveau santé. En avril, j’étais mentalement et physiquement détruite. J’avais 24 ans, mon copain avait rompu en février et l’ambiance à la maison était loin d’être idéale.

J’avais perdu 13 kilos entre février et avril. Dès que je mangeais quelque chose, je devais me précipiter aux toilettes. Je me sentais fatiguée et malade. C’est le stress, avait conclu mon entourage. Il m’a fallu beaucoup de temps pour réaliser qu’il se passait quelque chose de plus grave. Au bout de quelques mois, mon médecin traitant m’a envoyée chez une gastro-entérologue. J’ai subi toute une batterie d’examens : tests sanguins, radiographie, échographie, … Finalement, le diagnostic est tombé : la maladie de Crohn.

« Et maintenant ? », a été ma première réaction. À l’époque, la maladie de Crohn était encore rare chez les jeunes et j’en ignorais tout. « Oh non, j’ai réussi à attraper quelque chose que personne n’a ! » : c’est ce que j’ai globalement ressenti à ce moment. Immédiatement après le diagnostic, j’ai été admise à l’hôpital. Par la suite, j’allais m’y rendre toutes les 18 mois durant dix ans pour y subir divers traitements… mais au moment du diagnostic, je ne savais absolument pas ce qui m’attendait.

Partagez cette page

Nathalie sur ...


Nathalie est atteinte de la maladie de Crohn.