Bien suivre sa thérapie contre vents et marées

Après le diagnostic, on m’a administré mon premier traitement par voie orale. Une cure aux effets secondaires pas vraiment agréables. Elle a laissé mon corps couvert de marques et, sur de nombreuses photos de vacances, j’apparais avec le visage enflé.

C’est toujours ce que je considère comme la pire manifestation lors d’une crise. Je sais que je dois prendre mon traitement, mais à cause de ces effets secondaires, je me sens très mal dans ma peau. Heureusement, ce n’est que temporaire et les crises ne sont pas trop lourdes à supporter.

À côté de ce traitement, j’en prends un autre, quotidien celui-là, et il fonctionne bien. Cela n’a pas toujours été le cas, car lorsque je me sens un peu mieux, j’ai tendance à prendre mes médicaments de manière moins régulière. Mais comme j’ai constaté que ce n’était pas sans conséquences, je m’en garde bien. Chaque fois que je prends mon traitement moins régulièrement, j’ai des crises très fortes et je dois être à nouveau hospitalisée. Au terme de multiples tâtonnements, j’observe aujourd’hui scrupuleusement ma thérapie. Je me rends compte que je dois continuer à prendre mon traitement car la maladie ne disparaît pas. Même si je me sens mieux.

 

Partagez cette page

Charlotte sur ...


Charlotte est atteinte de la maladie de Crohn