Crohn héréditaire ? Nous ne le savions pas

A 19 ans, en 1971, les premiers symptômes digestifs ont fait leur apparition. J’ai cru qu’il s’agissait d’une indigestion, mais c’était sans doute la première crise de Crohn.

Ce qui est étrange, c’est que ma mère souffrait également de la maladie de Crohn. On pourrait imaginer que nous aurions alors vite fait le lien. Mais à ce moment, le monde médical ignorait qu’il s’agissait d’une maladie liée à la génétique.

Cortisone? Oui, oui, non, oui

À l’époque, j’entamais mes études, et pendant les deux ans qu’a duré l’incertitude, je ne bénéficiais d’aucune médication, de quoi redouter la période des examens… Par après, enfin diagnostiqué Crohn, j’ai pu recevoir des doses massives de corticoïdes lors de ces périodes critiques. Mon traitement a ensuite évolué au fil des années : faible dose permanente de cortisone, associée d’abord à la salazopyrine, puis, à partir de 1985, à un traitement d’immunosuppresseurs. Ce traitement a progressivement pris fin au début des années 2000, vu la diminution des symptômes inflammatoires.

Partagez cette page

Daniel sur ...


Daniel est atteint de la maladie de Crohn