Bart a finalement réussi à contrôler sa maladie

Bart est atteint de la maladie de Crohn depuis I’âge de quatorze ans. Adolescent, sa vie n’a pas toujours été facile. Ce dont il se souvient surtout ? De sa maman qui le couvait énormément. Aujourd’hui, sa maladie est enfin en rémission.

« Cela a été très dur », raconte Bart. Le diagnostic de Crohn est tombé après qu’il ait été malade durant une longue période. « Pendant longtemps, j’ai senti que quelque chose n’allait pas. J’avais souvent de la fièvre et je souffrais beaucoup de diarrhée. » Lorsque le diagnostic a été posé, il a ressenti comme une forme de soulagement. « Nous savions enfin de quoi je souffrais. »

Période de poussées

Bart a ensuite traversé une période difficile, pleine de poussées, de hauts et de bas. « Ce n’était pas drôle, surtout en tant qu’adolescent. J’ai dû arrêter de jouer au football, car cela me demandait trop d’efforts. En plus, je devais surveiller mon alimentation. Il y avait tellement de choses qui m’étaient interdites, alors que mes camarades, eux, pouvaient faire ce qu’ils voulaient. Tout ça, à cause de ma maladie, mais aussi en raison de ma mère qui me couvait énormément. »

Après une période pleine de poussées, Bart a réussi plus ou moins à maîtriser la maladie. « Même si cette dernière semblait toujours être bien présente, à l’arrière-plan. » Des années plus tard, alors que sa femme était enceinte de leur fils, le médecin a constaté lors d’une opération qu’il avait un rétrécissement. Pourtant, il a continué à lui prescrire le même médicament.

La quête du bon médicament

« J’ai alors changé de spécialiste. Avec mon nouveau médecin, on s’est mis à la recherche de médicaments qui me feraient du bien, sans trop d’effets secondaires. À un moment, heureusement, j’ai finalement trouvé une solution. » 

Aujourd’hui, Bart peut affirmer que sa maladie est vraiment sous contrôle. « La maladie de Crohn n’affecte plus ma vie maintenant que je suis en rémission. Je fais beaucoup de sport, notamment en tant qu’arbitre dans le club de hockey de mon fils. Dans le passé, la maladie a parfois eu un impact important sur ma vie quotidienne. Heureusement, ma famille a toujours été très compréhensive par rapport à cela. Ma femme aussi n’en a jamais fait un problème. »

 

Partagez cette page

Muriel sur ...


Muriel est notre reporter de Takeda