J’oubliais parfois que j’étais malade

Au début de ma maladie, ma vie n’était pas vraiment perturbée. J’ai pu terminer mes secondaires sans encombre et étudier la peinture monumentale à Gand. J’étais en kot et je sortais régulièrement.

L’alimentation était un sujet épineux donc je mangeais rarement un paquet de frites, mais ça ne me dérangeait pas. Depuis l’âge de 15 ans, je faisais attention à mon alimentation : beaucoup de légumes cuits à la vapeur, poulet, pâtes, … En théorie je pouvais manger de tout, mais après un paquet de frites, j’avais l’air d’avoir doublé de volume. Je n’ai jamais eu l’impression d’avoir raté quoi que ce soit car je pouvais faire à peu près tout ce que faisaient les jeunes de mon âge. Les examens étaient un peu plus pénibles que pour les autres étudiants, mais je réussissais toujours. Durant cette période je n’ai eu aucune véritable crise.

 Travailler comme créatrice textile

J’ai trouvé assez facilement et rapidement un job comme créatrice textile. Lorsque je posais ma candidature quelque part, je ne tenais pas vraiment compte de ma maladie. À l’époque, ce n’était pas nécessaire non plus. Je n’en ai rien dit non plus à mes futurs employeurs car ça les aurait effrayés inutilement. Je ne souffrais pas beaucoup de ma maladie de Crohn et j’en arrivais parfois à oublier que j’étais malade.

Partagez cette page

Anne sur ...


Anne est atteinte de la maladie de Crohn