MICI : pourquoi arrêter de fumer ?

Fumer et les MICI. Y a-t-il un lien ? Le tabac affecte-t-il la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ? Marie-Ange Wilfart est infirmière et tabacologue à l’hôpital de Tournai (CHwapi). Elle explique pourquoi le tabagisme est néfaste pour les patients atteints de MICI

Quel est le rôle du tabac dans l’apparition de la maladie de Crohn ?
Marie-Ange Wilfart : « Le tabagisme est le seul facteur environnemental avéré dans cette apparition. On va même plus loin maintenant : commencer à fumer multiplie par deux le risque de développer la maladie de Crohn. Par ailleurs, le tabac l’aggrave. Le risque de poussée est augmenté de 50 % par rapport aux non-fumeurs. Le premier traitement de cette maladie est donc l’arrêt du tabac. »

S’arrêter de fumer, c’est difficile…
M-A. W. : « Il est exact que le tabac est une drogue dure. Après l’héroïne, la nicotine se place en 2e position quant à la rapidité de la dépendance. Cependant, je clame haut et fort que tout le monde est capable d’arrêter de fumer. Plus personne n’a le droit d’être malheureux lors d’un sevrage tabagique, parce que c’est juste une question de bonne compréhension et préparation du sevrage».

C’est-à-dire ?
M-A. W. : « Lorsque vous consultez un tabacologue, il vous demandera combien de cigarettes vous fumez par jour. Cela ne sert à rien de lui mentir : il vous fera souffler dans un appareil servant à mesurer le taux de monoxyde de carbone expiré. Celui-ci indiquera avec précision à quel point vous êtes intoxiqué, que vous fumiez des cigarettes ou des cigarillos, que vous utilisiez du tabac à rouler ou non. Le tabacologue pourra ainsi déterminer correctement le traitement adéquat ».

Le substitut nicotinique n’est-il pas lui aussi nocif ?
M-A. W. : « Les médias parlent toujours de la nicotine comme étant l’élément à incriminer. La nicotine ne donne pas le cancer. C’est elle qui crée la dépendance. D’ailleurs, la nicotine médicale existe depuis longtemps. Ce qui induit le cancer, ce sont toutes les substances chimiques et cancérigènes dans la fumée (augmentés par tous les additifs que les fabricants ont inclus dans leurs produits au fil desans).

Qu’en est-il du tabagisme passif ?
M-A. W. : « Ce qui est néfaste, c’est la fumée de cigarette : elle contient 4 000 substances chimiques et + de 40 agents cancérigènes. Les non-fumeurs exposés à cette fumée sont donc tout autant susceptibles de développer un cancer. (la fumée secondaire étant la plus nocive).

Quels sont les effets de l’arrêt du tabac sur l’évolution de la maladie de Crohn ?
M-A. W. : « Ils sont tous bénéfiques : en cas de chirurgie, les patients qui ont réussi à arrêter de fumer avant l’opération ont un risque moindre de récidive par rapport à ceux qui continuent à fumer. Par ailleurs, le taux de recours à la chirurgie diminue fortement. »

On dit que le tabagisme a des vertus protectrices en ce qui concerne la RCUH…
M-A. W. : « Cette protection correspond en fait à l’effet d’un traitement léger de première intervention. En cas de rectocolite, l’idéal est de voir un tabacologue pour arrêter de fumer progressivement. »

Quels avantages y a-t-il à consulter un tabacologue ?
M-A. W. : « Lors de la première consultation, nous nous concentrons sur le bilan de votre santé, nous mesurons votre niveau de dépendance à la nicotine et votre motivation à arrêter de fumer. Nous décidons ensemble de la date d’arrêt. Le tabacologue vous donnera une information complète et vous proposera une molécule  adaptée à votre situation personnelle. Ensuite, vous ne serez pas lâché(e) dans la nature : les consultations suivantes porteront sur l’analyse des symptômes de sevrage et des situations à risque, le suivi diététique mais aussi psychologique. Nous sommes là pour vous soutenir dans vos efforts et vous aider à garder votre motivation intacte. »

Partagez cette page

Muriel sur ...


Muriel est notre reporter de Takeda