Je ne veux pas vivre en fonction de ma maladie

J’ai beau contrôler ma maladie, elle a quand même un sérieux impact sur ma vie. Surtout sur la manière dont je m’occupe de ma santé. Pour mes études par exemple, j’ai complètement changé d’orientation parce que je veux aider les gens comme mon kinésithérapeute l’a fait pour moi. Je fais également attention à mon alimentation et je ne bois pas d’alcool.

 

Quand on est un étudiant de 20 ans, cela a un impact sur vos contacts sociaux. Je ne fais jamais de grosses sorties. Principalement parce que je n’en ai pas besoin, mais aussi parce que passer toute la soirée à boire du cola et de l’eau, ce n’est pas toujours très amusant. C’est surtout quand j’ai commencé à sortir que la pression du groupe qui m’incitait à boire me gênait. Depuis, mes amis s’y sont habitués et on ne me fait que rarement des commentaires, voire jamais.

Explorer les limites

Je ne veux surtout pas que ma maladie de Crohn influence ma vie. Beaucoup de gens s’adaptent à leur maladie, moi je pense que c’est l’inverse. Ma maladie doit s’adapter à la vie que je veux mener. C’est pour cela que j’ai quand même voulu suivre des études universitaires. J’ai envie d’explorer quelque peu mes limites et si quelque chose devait ne vraiment pas fonctionner, j’arrêterais. Heureusement, ce n’est pas le cas pour le moment. Je peux étudier, faire du sport et sortir avec des amis sans éprouver trop de douleurs ou de difficultés.

Partagez cette page

Robin sur ...


Robin est atteint par la maladie de Crohn