Organiser mon mariage ? Quel sport !

« Mon mari et moi sommes mariés depuis presque trois ans. Je repense encore très souvent à cette fête magnifique. Surtout parce que, point de vue organisation, l’évènement s’est avéré vraiment sportif. Étant donné que je suis atteinte de la maladie de Crohn, j’étais encore plus épuisée. »

Je peux dire sans risque de me tromper qu’organiser mon mariage a été la chose la plus épuisante que j’aie jamais faite. Mais j’y suis arrivée ! De surcroît, j’ai apprécié chaque seconde de la fête. Heureusement, mon mari a remarqué d’emblée que j’étais dans le rouge et il m’a donc beaucoup aidé à ne pas dépasser mes limites. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles je sais qu’il est l’homme de ma vie.

Peur de ne pas y arriver

Nous nous sommes préparés à ce grand évènement pendant un an. Quel sport ! Au départ, j’avais très peur de m’effondrer le jour même. Que mon corps me dise tout d’un coup : « désolé, j’arrête ». Cela m’arrive assez régulièrement. La fatigue me tombe dessus, comme une bombe. Alors, subitement, je me tais et je suis incapable de faire quoi que ce soit. Mais là, non, j’ai réussi ! Et comme une championne, j’ai vécu pleinement toute la fête. Le meilleur ami de mon mari est personal trainer et, durant cette année-là, il m’a aidée à renforcer mon corps. Cela m’a beaucoup aidée.

Une petite fête très… intense !

Nous avons fait en sorte qu’il n’y ait pas plus de 60 invités. Nous avons agi de la sorte délibérément : pour nous, il s’agissait d’une fête intime. L’expérience vécue sur le moment et l’amour partagé, voilà ce qui comptait le plus. Étaient présentes toutes les personnes avec lesquelles nous ressentons une bonne vibration et qui sont très proches de nous.

 Le dîner a commencé à 18h30. Nous l’avons planifié à cette heure-là pour que la soirée puisse débuter avant minuit. C’était particulièrement important pour moi : j’avais tellement peur de me crasher en plein vol, et je voulais vraiment profiter de la fête à fond. J’en ai apprécié chaque seconde. Un bonheur dont je suis reconnaissante.

Partagez cette page