Une poussée était prévisible depuis pas mal de temps.

Je travaille en tant qu’infirmière depuis deux ans maintenant. J’aime mon boulot, même s’il n’est pas rose tous les jours. Non seulement à cause de la période du coronavirus, mais aussi suite au décès de ma grand-mère. J’avais une relation très forte avec elle, et elle me manque encore tous les jours.

Je m’en sors plutôt pas mal aujourd’hui. Ma maladie de Crohn est sous contrôle depuis plusieurs mois maintenant. Avant, c’était différent : j’ai eu une poussée en mars, qui s’est soldée par une hospitalisation qui a duré un certain temps. Heureusement, la situation s’est améliorée.

Poussée consécutive à une période compliquée

Cette poussée était prévisible depuis un bon moment, j’en ai peur. Ma grand-mère venait de mourir d’un cancer, après s’être battue contre la maladie pendant près de deux ans. Cette période a été très éprouvante. J’ai pris soin d’elle jusqu’au dernier jour.

J’étais à son chevet tous les jours.

Il était naturel que ce soit moi qui m’occupe d’elle. Je travaille dans le même hôpital où elle se battait contre la maladie.

Je suis allée la voir à chaque pause. Quand ma journée de travail était terminée, je dormais dans sa chambre. Tous les jours, je m’asseyais à son chevet. J’ai promis que je serais là pour elle, et j’ai tenu parole. C’était bien le moins que je pouvais faire. Elle aussi a été là pour moi pendant toutes ces années. Nous avions un lien incroyablement privilégié. Il est difficile de mettre des mots là-dessus.

Pendant un moment, tout le monde a cru qu’elle allait gagner la bataille. Mais à un moment, nous avons appris que le cancer était de retour. Elle avait des métastases dans les poumons, le bassin et l’aine. Son corps ne répondait plus aux traitements. Trois mois plus tard, elle est morte.

 Aux urgences avec de fortes douleurs abdominales

Je suis restée comme tétanisée. Pendant un moment, je ne savais plus quoi faire. Au début, j’ai continué à travailler, comme si rien ne s’était passé. Mais ensuite je me suis effondrée. J’ai souffert de douleurs abdominales terribles. J’ai dû me rendre aux urgences où j’ai été admise immédiatement.

Heureusement, cette poussée n’a pas duré longtemps. Aujourd’hui, j’essaie d’écouter mon corps et de me reposer quand c’est nécessaire. Bien sûr, ce n’est pas toujours évident, mais pour l’instant, je parviens à gérer.

Partagez cette page

Shauni sur ...


Shauni est atteinte de la maladie de Crohn.