Fatigue

Organiser mon mariage ? Quel sport !

« Mon mari et moi sommes mariés depuis presque trois ans. Je repense encore très souvent à cette fête magnifique. Surtout parce que, point de vue organisation, l’évènement s’est avéré vraiment sportif. Étant donné que je suis atteinte de la maladie de Crohn, j’étais encore plus épuisée. »

A lire

La pleine conscience : une voie vers le mieux-être

Depuis qu’on lui a diagnostiqué la maladie de Crohn, Karolien a vécu un véritable calvaire. Pourtant, aujourd’hui, elle reconnaît être reconnaissante – dans une certaine mesure – pour les enseignements qu’elle a tirés de sa maladie. Elle a ainsi trouvé le chemin de la pleine conscience, qui lui a permis d’écouter son corps mieux que jamais. Comment la pleine conscience peut-elle vous aider ?

A lire

Cette fatigue omniprésente

Lorsque je me réveille le matin, je sais instantanément quel type de journée je vais passer. Même avant d’avoir ouvert les yeux, je la sens, cette fatigue omniprésente. Elle fait partie de la maladie, je le sais désormais. J’ai appris à m’en accommoder et à vivre avec elle.

A lire

La méditation m’aide à gérer mon corps.

Je médite tous les jours et je m’assure d’agir en fonction de mes sentiments. Je scanne fréquemment mon corps pour y détecter les tensions afin de procéder, en temps opportun, à des ajustements si je sens que j’ai à nouveau tendance à privilégier ma tête plutôt que mon corps. C’est ma façon d’empêcher les symptômes de la maladie de Crohn de réapparaître de manière aiguë.

A lire

Des maux de ventre infernaux

J’ai la chance de ne pas avoir de diarrhées. La fatigue me joue parfois des tours, mais c’est supportable. Je souffre surtout de maux de ventre. Une douleur qui peut s’avérer insupportable, tellement lourde que je dois pleurer ou me coucher dans une certaine position pour que cela aille un peu mieux.

A lire

Je dois penser à moi

Ma mère s’est toujours montrée très inquiète. Parfois de manière excessive. J’en faisais trop, je dépassais toujours un peu les limites. Elle me répétait inlassablement : « Arrête de te mettre autant de pression. »

A lire

Vivre avec crohn